Alex, éleveur de zèbres à mi-temps (attention les émotions)

Par ici pour écouter l’épisode :

Cet épisode a été dur/touchant à écouter pour moi, parce qu’en vrai Alex il fait vachement écho à mon Papa à moi. Mon papa c’est un homme qui est sûrement un peu hypersensible et qui a toujours voulu le meilleur pour nous. Il a voulu nous armer le plus possible, nous donner tous les outils, être là pour nous mais il a aussi été dur (avec les meilleurs intentions du monde). Lui aussi dans sa mauvaise humeur j’ai appris à y lire des failles, de la tristesse, de l’amour trop grand pour lui, de l’inquiétude pour ses enfants, ses oisillons, ses tout petits. Mais sur ce chemin qui a été pavé uniquement par l’amour qu’il nous a porté, il a tellement voulu nous aider et nous armer qu’à un moment il a oublié de nous écouter. Maintenant, à 30 ans je me rend compte que j’aime mon père très fort et qu’il m’aime très fort mais que, souvent, là où il a voulu m’armer en fait il m’a désarmée. J’ai plus hérité de ses angoisses que des compétences qu’il a voulu me donner en m’aiguillant toujours vers le chemin qui lui semblait le plus complet, le plus safe, le plus adapté au monde dans lequel je dois maintenant vivre. J’ai énormément de mal à prendre des décisions car je fais pas confiance à mon jugement. Avec le recul, j’aurais vraiment aimé que parfois il me laisse prendre des risques et même me planter et que ce soit pas grave, qu’il soit là pour me ramasser mais qu’il me permette de dédramatiser l’échec, de me faire confiance pour pouvoir m’en sortir.
Je juge en aucun cas quoi que ce soit qui a été dit, fait ou ressenti. J’ai juste eu envie de mettre ça là. J’ai eu en tout cas beaucoup d’affection pour Alex dont le témoignage m’a chamboulée parce que j’avais parfois un peu l’impression d’écouter mon papa mais surtout parce qu’il a été d’une transparence et d’une authenticité incroyable dans cette « histoire de darons ». très bel épisode :slight_smile:
Ps : tu pourras jamais complètement remplacer l’être humain dans la traduction car c’est aussi une histoire de sensibilité :wink:

3 Likes

Merci @Pistache451 pour ton témoignage, c’est très touchant <3

Aha j’ai été vachement ému.
2 grands gaillards les larmes dans la voix quand ils parlent de leurs ados.
Difficile d’éviter de reproduire les schémas dont on est issu, difficile d’accepter de faire confiance dans les choix de son enfant sans être parasité par ses préjugés sur lui, sur soi même, sur le monde.
Un beau bordel que le rapport à soi et à à son enfant.
Un beau bordel quand on est sujet au surquestionnement continu, à faire le tri dans la charge d’informations, à faire la part des choses entre nos projections issues de ces infos et le présent, entre interprétation et insaisissable réalité.
Un beau bordel quand chaque couche de croyance qu’on enlève en révèle sitôt une nouvelle.
mais quel plaisir de se sentir un peu plus responsable de soi à chaque mue.
Un beau bordel que d’accepter qu’on ne peut transmettre son expérience que dans une moindre mesure à celui qui n’a pas encore fait la sienne.
Un bien bel échange, j’aurais eu plaisir à ce qu’il dure encore un peu, car j’ai l’impression qu’il y avait matière.
Merci !

2 Likes