Comment avez-vous géré votre deuil?

Bonjour à tout le monde.

Je vous écrit ce message pour avoir un regard extérieur sur ma situation et voir un peu comment d’autres personnes ont vécu ce genre de situation.

Pour mettre un peu de contexte. Il y a quelques jours à mon retour de vacances j’ai appris le décès de mon grand-père que je considérais comme mon papa. Il avait 78 ans et depuis 2-3 ans maintenant il avait pas mal de soucis de santés. Particulièrement depuis quelques semaines/mois où il enchaînait les aller retour à l’hôpital.

Dans ma vie ce n’est que la 2eme fois ou je perds une personne proche. Et ici c’est clairement l’une des personnes à qui je tenais le plus.

Je pensais vraiment que lorsque j’apprendrais son décès je serais complètement abattu et inconsolable…. Je suis quelqu’un de plutôt sensible. Je n’ai pas peur de pleurer et je pleure souvent devant des séries comme This is Us (Ted Lasso aussi comme toi Fab).

Sauf que ce n’est pas ce qui s’est passé. Lorsque j’ai appris son décès j’étais triste mais je n’ai pas pleuré. Le jour même j’ai pu aller le voir au funérarium. La j’ai lâcher quelques larmes quand ma grand-mère lui a dit au revoir. Mais depuis lors je n’ai pas pleurer, je suis juste « à l’ouest ». Comme je suis indépendant j’ai pu décider de stopper tout le boulot quelques jours.

Cela fait donc quelques jours que je ne fais « rien », j’essaie de prendre du temps pour moi mais je culpabilise en même temps de le faire. L’enterrement a lieu demain et je ne sais pas trop comment je vais réagir.

Samedi je dois absolument bosser mais ensuite j’ai la possibilité de me mettre en pause encore quelques jours. Mais je ne sais pas si c’est le mieux à faire ou non.

Ma plus grande peur est que comme je n’ai pas « craqué » lors de l’annonce j’ai peur de pas savoir faire mon deuil et que ce craquage arrive dans plusieurs semaines/mois de façon totalement inattendue et que je sois vraiment au plus mal à ce moment là. Je ne sais pas si c’est le fait qu’il était malade depuis un moment qui fait que peut-être j’avais déjà commencé une sorte de deuil car il souffrait et n’étais plus la personne que j’avais connue.

J’aurais donc voulu savoir si d’autres personnes avait vécu la même situation ? Je sais que chacun vit son deuil de façon différente. Mais j’avoue que j’ai besoin d’avoir des témoignages d’autres personnes qui sont passé par là.

Merci d’avance.

Steve

1 Like

Hello,

Tout d’abord, toutes mes condoléances.
Le deuil se traverse de multiples façon… Je dirai que le sentiment d’absence peut même rester pour toujours (sans pour autant que ce soit handicapant).
Je ne vais pas pouvoir te partager mon expérience, mais le podcast « une autre pensée magique » de Transfert parle de ce sujet, du deuil à retardement. C’est donc quelque chose qui peut arriver.
Il est possible que tu sois dans une période d’entre deux, où corporellement et psychologiquement tu aies besoin de temps pour comprendre et croire à sa mort. Ce n’est pas grave.
Ce que tu peux faire est écrire un mot en hommage à sa vie, coucher sur le papier à quel point il a été une chouette personne dans ta vie, partager des photos/des souvenirs à sa famille / vos proches en commun.
Si tu en ressens le besoin, tu peux également contacter un psychologue ou thérapeute spécialisé dans le deuil.
Courage en tout cas, c’est une période étrange à traverser.

Salut Coasterman,
Je t’adresse aussi toutes mes condoléances.

Je peux te partager une partie de ma propre expérience : j’ai perdu plusieurs personnes de ma famille mais la plus proche fut ma grande sœur, de 2 ans mon aînée, qui est décédée très brutalement dans un accident avant l’âge de 30ans.

Ce que je peux te dire sur l’expérience du deuil, c’est qu’on fait chacun son chemin différemment.
Ne pas pleurer ne veut pas dire ne pas être triste. C’est d’ailleurs très courant de ne pas pleurer dans les heures/jours/semaines suite à l’annonce, car on est dans un état de choc. Les pleurs peuvent venir après, ou pas, mais ce n’est en aucun cas le reflet réel de notre tristesse intérieure.

Mon conseil serait donc d’essayer de vivre le deuil comme on le sent. Pleurer si on pleure, ne pas pleurer si on ne pleure pas. Rien n’est « faux ». Tu es le seul à savoir quelle place avait cette personne pour toi, et les gens ne peuvent pas se rendre compte de ce que tu vis quelque soit la façon dont tu vis le deuil.
Prendre du temps pour soi est une très bonne chose et c’est tout à fait légitime, même pour « ne rien faire ». En réalité, on ne fait pas rien, on digère l’annonce, on voit nos proches, on organise les funérailles etc., ce qui est aussi essentiel pour faire le deuil.
Personnellement, après 2 mois, j’ai ressenti le besoin de travailler. Je sentais que ça allait m’aider à avancer et c’est ce qui s’est passé. Mais d’autres personnes de ma famille ont repris progressivement après 3-4-5 mois. On a pas tous le même rapport au travail donc la reprise ne va pas avoir pour tous le même effet.
(Je parle ici de la mort brutale de ma soeur, qui était jeune. La situation est très différente en cas de décès d’une personne âgée en général.)

Le craquage à retardement est toujours quelque chose de possible, on n’est pas à l’abri. Mais je pense que plus te prend le temps de t’écouter, surtout au début, de ne pas partir dans un déni (par exemple en se plongeant dans le travail pour oublier), moins tu as ce risque de te retrouver dans des mois à ne pas aller bien.

Je finirais quand même par dire que même si les gens peuvent être maladroits et ne comprennent pas forcément ce qu’on vit, c’est aussi eux qui peuvent apporter de la joie et du soutien dans ces moments difficiles.
Et enfin, ne pas hésiter à aller voir son médecin ou un psychologue (ou psychiatre) si on en a envie ou qu’on en ressent le besoin. Personnellement, ça m’a beaucoup aidée.

ça c’est pour mon expérience personnelle. Ensuite, j’ai du annoncer des dizaines de fois des décès de personnes d’un certain âge à des familles dans mon travail (je suis médecin interne). Je peux t’assurer qu’il y a très peu de gens qui pleurent immédiatement. Souvent, dans ce contexte d’hospitalisation à répétition dont tu parles, les gens s’y attendent, expriment de la tristesse mais ne pleurent pas forcément. Également lorsqu’ils viennent voir le corps de leur proche, ils ne pleurent pas forcément. Ils sont souvent très occupés à organiser les funérailles, ont beaucoup de questions là-dessus et font leur deuil de cette façon. Bien sûr, je ne vois pas ce qui se passe en privé et je suppose que beaucoup de gens se retiennent aussi de pleurer devant le personnel hospitalier. Mais voilà ce que je vois dans mon métier.

J’espère que mon témoignage t’aura apporté quelque chose ! Courage pour ces prochains jours !