Les conneries qui nous pèsent dessus en tant que mec

La question que j’aimerais qu’on creuse ici est simple mais super compliquée en vrai : « qu’est-ce que tu fais, ou tu as pu faire, parce que tu te dis que c’est ça «  »« être un mec » »", alors qu’au fond, tu trouves que ça ne te ressemble pas du tout ?"

Par exemple (et c’est un classique je crois), quand j’avais 17 ans, j’ai rencontré cette meuf (qui allait devenir la mère de mes enfants haha), et j’étais CONVAINCU que si je montrais trop à mes potes que je tenais à elle, que je lui tenais la main en sortant du lycée, ils se foutraient de ma gueule et j’aurais la haine.

Donc j’ai eu tout un moment (qui a duré genre 1 semaine 15 jours, peut-être 3 semaines max) où je ne montrais pas mon affection pour elle face à mes potes (on était dans le même lycée donc on se croisait forcément), alors qu’au fond je me disais « mais t’es en train de faire de la meeeeerde ».

J’en ai d’autres mais j’vous laisse embrayer :slight_smile:

1 Like

Je ne sais pas si ça rentre vraiment dans le sujet mais…

En début de primaire, j’ai été « traumatisé » par des camarades qui disaient que j’étais amoureux d’une fille que je considérais comme une amie. Suite à ça, je ne lui ai plus jamais parlé… et je pense que c’est ce qui a fait (entre autres choses) que par la suite, jusqu’à la fin de mon adolescence, j’avais « peur » des filles.

Il ne m’était pas possible d’imaginer qu’on puisse avoir, en tant que garçon, une relation amicale avec le sexe opposé, alors je les fuyais (hormis ma propre famille).

Je n’arrivais pas à comprendre non plus ce que les filles qui étaient attirées par moi attendaient de moi en tant que garçon, alors je les fuyaient également. Je sentais comme si je devais avoir un rôle genré qui m’était inconnu et qu’il était malvenu de ne pas savoir jouer.

J’en étais venu (peut être encore d’ailleurs…) à faire le pokerface pour ne pas trahir mon attirance pour quiconque.

2 Likes