Nouveau père qui souffre un peu

Bonjour à tous,
Pour les parents (où tout ceux qui on un avis).

Je me sent pas super bien depuis la naissance de ma fille (3 mois).
Je suis fan d’elle, je l’aime de plus en plus chaque jour mais…

Objectivement tout ce passe bien, aucun problème dans la famille à l’horizon, mais moi la plupart du temps je me sent mal, très stressé, anxieux , besoin de plus de moment pour moi le soir.

Je ne le fais pas ressentir à ma femme et ma fille, où le moins possible en tout cas, car elle n’y peuvent rien.

D’avoir perdu mes repères, mon organisation, mon temps libre etc… me frustre beaucoup.

Et je m’en veux, je m’en veux car je voudrais juste pouvoir kiffer ma nouvelle vie de famille mais j’y arrive pas vraiment et j’en chiale. je fais le taf mais je souffre.

N’ayant pas mes moments le soir pour réellement décrocher je sent que ce stress s’accumule.

Bref je voulais juste savoir si c’étais arrivé à certain d’entre vous aussi?

J’essaie de me dire que c’est le début et que ça va passé mais j’ai très peur que ça passe pas

J’en ai marre d’être comme ça, je passe des moment extraordinaires avec la découverte de ma fille et je suis quand même stressé comme jamais, ça deviens lourd

1 Like

heyhey ! Déjà merci de partager ça, ça doit pas être évident à faire :two_hearts:
Les premiers mois (premières années ?) sont très challengeantes pour les parents / le couple. Faut s’accrocher, savoir profiter de chaque moment de répit pour kiffer / se reposer, et éventuellement : demander de l’aide ? Vous avez des amis / des parents qui peuvent vous aider et prendre le relais près de chez vous ? Le temps d’une soirée, d’une après-midi, ça peut vraiment aider à souffler et à recharger les batteries.

Mais oui pour te répondre, ça a été compliqué pour moi, pour nous, mais ça se stabilise avec le temps (même si j’imagine bien que 3 mois, ça peut faire long).

L’important c’est de se causer au sein du couple, et d’en causer aux gens autour de vous !

Force à toi, force à vous !
Fab

Salut,

Comme dis Fab, merci à toi de partager ça ici. Je n’ai personnellement pas vécu ça lors de la naissance de mes deux enfants.

C’est vrai que c’est un chamboulement de devenir parents et il y a un moment d’adaptation mais je pense aussi qu’il est important que tu arrives à trouver un moment pour toi.
L’idéal est d’en discuter avec ta compagne, d’expliquer ce que tu ressens et de trouver un compromis ensemble. Si tu gardes tout pour toi tu vas t’épuiser et tu risques de faire naître de la rancoeur sur des sujets dont ta compagne n’est pas au courant.
Je ne connais pas votre situation familiale et ce n’est pas forcément facile de parler de tous les sujets librement, j’en suis conscient.

J’espère que bientôt ta fille arrivera à trouver un rythme de sommeil stable qui vous permettra de trouver des moments pour vous pendant son sommeil et pendant les siestes. Mon deuxième fils a mis 2 ans et demi à faire ses nuits du coup je comprends ton désarroi, et pour s’en sortir on se relayait avec ma conjointe pour qu’un des parents puisse se reposer, c’était fatiguant mais en étant soudé et en s’entraidant nous nous en sommes sorti.e.s.

Courage à toi.
Loïc

Merci de vos réponses .

Oui on est bien entouré, mais pour l’instant on les utilise assez peu car ma femme est en allaitement total et préfère éviter de donner un biberon temps que c’est possible.
Donc compliqué de la faire gardé.

Oui j’en ai parler avec elle, au moins pour la prévenir que j’étais mal et que j’essaierai de plus communiquer avec elle et moins tout gardé à l’intérieur.

D’ailleurs hier soir je l’ai mis en pratique et lui ai donner la petite un moment pour sortir prendre l’air 15min car je sentais que je pétais un plomb.
Et ça à bien marché, ça allais mieux après.

J’ai surtout l’impression que c’est moi qui ai un problème, je dois accepter que c’est difficile et que je dois être un peu patient, sur le papier c’est facile, en vrai un peu moins…

Quand j’entends d’autre parents dire que c’est dur, vraiment dur, ça me rassure un petit moment, et ensuite mon stress reviens, c’est chiant

Si la communication est déjà établie ça devrait bien se passer, il faut juste faire attention à ne pas tout faire reposer sur ta compagne.

Les coparents réalisent leur nouveau status à la naissance en général alors que le parent porteur de l’enfant s’y prépare pendant 9 mois. Attention, je ne dis pas qu’il faut plaindre le coparent car c’est souvent de notre faute, mais c’est vrai que dans ce cas là le changement est brutal, qui peut surprendre. Il faudrait prescrire des podcasts parentalité pour le coparent dès le 3 mois de grossesse…

Salut,
idem de mon côté, la 1ère année avec mon fils ainé a été particulièrement difficile. C’était vampirisant, sans parler de ma compagne qui allaitait, avec un rythme où elle se retrouvait régulièrement absente durant la semaine.
Je me suis donc souvent retrouvé seul avec un enfant sans avoir réfléchi vraiment avant à ce que ça impliquait comme temps, comme énergie. Je me suis senti envahi par la densité que prenait mon fils dans l’espace et dans MON temps et j’en culpabilisais par dessus parce que, hey, cet image du parent « parfait », souriant, émerveillé, patient, solide et stable, présent sur tous les fronts et dévoué entièrement à ma femme et mon fils et ben j’y correspondait pas (en vrai personne n’y correspond d’ailleurs).
J’ai mis vachement de temps à admettre l’idée que ma frustration était légitime, qu’elle était juste un symptôme. J’ai du tirer la ficelle du bout de symptôme que j’avais pour trouver la pelote du problème.
Quand je te lis, j’ai l’impression que tu a déjà identifié ton problème : tu as du mal à vivre ce nouveau contexte dans lequel tu manques de temps pour toi et tu as besoin de te préserver un espace à toi.
Ben je trouve ça carrément légitime et bien normal.
Tu l’as déjà fait en posant le truc avec ta compagne et en prenant un temps pour toi, je trouve ça génial. (comme dit Itourlonias, va falloir trouver un équilibre avec ta compagne car elle en a/aura probablement aussi besoin).
C’est le début, c’est dur a accepter au départ, et en l’acceptant, vous allez au fil du temps vous créer de nouveaux repères, une nouvelle routine avec ta compagne et votre enfant.

Y’a un truc que j’arrive à faire maintenant, c’est à trancher. Avant quand un truc nécessitait que je consacre du temps à un de mes fils alors que je l’avais pas prévu, j’étais frustré et je le faisais à moitié tout en essayant de faire la tâche que j’avais prévu initialement. Ben dans mon cas l’expérience me montre que ça fonctionne pas : je me retrouve frustré des 2 côtés parce que mes 2 tâches se retrouvent mal faites.
Aujourd’hui j’arrive à me dire, OK, j’avais prévu qq chose pour moi, et les circonstances m’amènent à devoir faire qq chose pour mon fils. C’est frustrant, ok. L’alternative c’est : j’accepte l’impératif et je m’en occupe avec plaisir (ou tout au moins en étant engagé dedans),
où je traîne des pieds et j’essaie coute que coute de faire les 2 activités de front et les 2 seront à moitié frustrantes.
Me poser les choses de cette façon m’aident à trancher plus facilement. Mais après je me cale une récompense, un vrai temps à moi.

En tout cas, c’est normal de se sentir frustré dans ta situation et d’en souffrir, soit cool avec toi ! Epargne toi si tu peux la culpabilité qui en rajoute une couche, le côté « je me compare à un moi idéal » (il existe pas).

Je te souhaite tout de bon et avec toute ma sympathie,
Emmanuel